Ma demission du Conseil Municipal de Vernier à Genève

Publié le par Alberto Pérez Yanez

Le procés verbal du Conseil Municipal de Vernier

Nous avons reçu un courrier de M. Alberto PEREZ-YANEZ qui nous annonce sa démission du

Conseil municipal. Je vous la lis.

Monsieur le Maire, Monsieur le Président du Conseil Municipal,

Suite à mon départ en retraite anticipée, je suis au regret de vous annoncer ma démission de mes fonctions de Conseiller Municipal à Vernier pour le 31 décembre 2009.

J'ai énormément appris de la vie politique de notre Commune, notre Canton et notre Pays, la Suisse, surtout au sein de la Commission de naturalisations. Et toute cette expérience me suivra dans le nouveau chemin que je prends.

Je voudrais saluer spécialement quelques personnalités qui m'ont marqué dans le cadre des Commissions et du Conseil Municipal :

Monsieur Pierre Ronget, qui a toujours obtenu toute mon attention avec ses inattendues et subtiles plaisanteries incrustées habilement dans ses interventions fortes et sensées ;

 

010 12 CM 2009 12 15 PV Proj E.doc

Page 633

Procès-verbal de la séance du Conseil municipal du mardi 15 décembre 2009

 

Madame Monique Mattenberger, qui avait le don de trouver des questions auxquelles je n'aurais jamais pensé !

Monsieur Otto Caduff, dont je garderai en mémoire ses interventions très motivées ;

Monsieur Yves Magnin et ses plaidoiries, qui, même lorsqu'il était d'accord avec « les socialistes », comme il aime dire, me donnait toujours l'impression d'être contre nous !

Monsieur Gilbert Besson et la sonnerie de son portable, qui m'a d'ailleurs beaucoup inspiré pour la motion de l'hymne national suisse !

Vous, Monsieur Thierry Cerutti qui avez tout donné pour devenir Maire de notre commune !

Monsieur Thierry Apotheloz qui m'a toujours impressionné de par sa connaissance des dossiers.

Je salue la gentillesse de Mesdames Monique Monnier, Leila Ahmari, Anna Conti, ainsi que de Madame Marie-Christine Hassler et toutes les dames présentes au Conseil Municipal.

Je ne veux pas vous dire que je ne me suis jamais ennuyé lors de certaines séances du Conseil Municipal. Non, je ne vais pas le dire... non, je ne le dirai pas. Voilà, je ne l'ai pas dit.

Je reste domicilié dans mon cher quartier des Avanchets même si je m'en vais parcourir le monde en suivant le Roi Soleil et mes idéaux humanitaires et solidaires, jour après jour !

Recevez, Monsieur le Maire, Monsieur le Président du Conseil Municipal, mes salutations les meilleures.

Alberto Perez-Yanez

 

L’assemblée applaudit.

 

M. VALENTE, Président : M. RONGET, vous avez la parole.

M. RONGET : je vous remercie M. le Président. Je pense qu’au nom de toutes les personnes qui ont été citées, nous voulons remercier Alberto.

Il s’est quelques fois ennuyé, mais ce sentiment était partagé, il le sait très bien. Il intervenait

avec modération, mais ses silences étaient éloquents. Nous perdons quelqu’un qui a le sens de l’humour et qui a réussi, dans des situations, à les dessiner, et je demande si nous ne pourrions pas nous arranger pour en faire un souvenir avec les outils électroniques.

Tu resteras gravé pour moi comme quelqu’un, le regard ironique, avec une feuille prête à

prendre ce qui est nécessaire pour caricaturer une situation et je tiens à t’en remercier. C’était un plaisir de siéger avec toi.

 

L’assemblée applaudit.

 

Page 634

010 12 CM 2009 12 15 PV Proj E.doc

Procès-verbal de la séance du Conseil municipal du

mardi 15 décembre 2009

 

M. VALENTE, Président : M. BOTI KIESE, vous avez la parole.

 

M. BOTI KIESE : merci M. le Président. Le parti Socialiste remercie M. PEREZ-YANEZ pour son engagement auprès de notre parti et surtout auprès de la commune de Vernier pour laquelle il s’est dévoué, pour la cause publique.

Avec tous les dossiers que M. Alberto PEREZ-YANEZ a traités dans la commission des

naturalisations et pour avoir travaillé avec lui dans cette commission et en dehors, il est pour moi difficile aujourd’hui de prendre la parole pour dire que M. PEREZ-YANEZ ne sera plus avec nous dès le mois de janvier. Mais je garde en tout cas - comme l’a dit M. RONGET - un très, très bon souvenir de quelqu’un qui a su, par son aide et par sa façon d’être, nous accompagner par ses dessins et par sa voix lors de nos escapades où il nous a animé tout le long de notre voyage avec sa guitare. Ce sont

des choses que M. PEREZ va nous laisser en héritage. Je garderai en tout cas pour ma part un très bon souvenir.

Au nom du parti Socialiste, nous te souhaitons tout de bon, camarade, pour cette retraite bien méritée. Ton souvenir restera à jamais avec nous tout le long de notre participation au parti Socialiste.

Tu as été pour moi quelqu’un que je ne suis pas prêt d’oublier. Merci.

L’assemblée applaudit.

M. VALENTE, Président : M. PEREZ-YANEZ, le Bureau m’a demandé aussi de prononcer quelques mots lors de votre départ. Je n’ai pas eu le plaisir de vous connaître vraiment à fond, mais le peu de contact que j’ai eu avec vous, ont toujours été très bons.

Peu importe nos couleurs politiques, je crois que vous avez une forte personnalité, avec une forte équité. Vous êtes quelqu’un de très droit et juste dans votre manière de faire. Vous êtes juste avec les autres. Et même lorsque j’ai été vilipendé par vos caricatures, j’avoue que j’étais mort de rire en les voyant parce qu’elles étaient fortes à propos.

Une rétrospectives de vos caricatures pourrait, je pense, laisser une trace sympathique dans la mairie de Vernier car elles retracent beaucoup de commissions. En ce qui me concerne, vous allez également beaucoup me manquer. Je vous souhaite le meilleur pour la suite et le meilleur pour votre famille et vos proches.

M. PEREZ-YANEZ, vous avez la parole.

M. PEREZ-YANEZ : merci M. le Président. Je vous remercie tous, Mesdames les Conseillères et Messieurs les Conseillers municipaux. Je vous quitte avec regret. Je quitte le Conseil municipal et mon travail parce que je prends ma retraite anticipée et surtout parce que mon papa est mourant au Chili, mon pays d’origine. C’est l’occasion pour être avec lui et l’accompagner au moment de son départ de cette vie.

Comme je l’ai dit dans ma lettre, j’ai beaucoup appris ici, non seulement de la Suisse, mais

aussi de ce qu’est la démocratie. Seul, nous ne pouvons rien faire. Même si nous arrivons avec la meilleure idée du monde, il faut que les partis soit d’accord, que les alliés soient d’accord et ensuite également le Conseil municipal. La démocratie se manifeste et c’est quelque chose que j’ai appris avec vous.

Parmi vous tous, il y a des personnages qui m’ont frappé ou marqué. J’ai voulu faire des

caricatures de chacun-e des Conseillers municipaux, comme M. BERTCHY l’a fait une fois dans son blog, mais ce dernier m’ayant dit qu’il s’était fait beaucoup d’ennemis avec cela et n’aimant pas les ennemis, je voudrais vous dire que les caricatures que j’ai faites, ce n’est pas moi qui les ai faites, c’estvous.

Une chose qui m’a beaucoup plus au Conseil municipal, c’est le respect à la parole. Je vois

par exemple au Léman Bleu que le Conseil municipal de la Ville démontre un manque de respect en coupant la parole. Mais ici, chaque fois que quelqu’un parle, il est écouté – au moins, il y a le silence.

J’ai beaucoup appris de vous. Je vous remercie de m’avoir accepté au sein de ce Conseil

municipal. Je remercie spécialement mon parti Socialiste qui m’a donné l’occasion d’être réélu, parce que la première fois, sur 14 candidats, j’étais 13 ème. Par la force des choses, un n’a pas voulu, un autre n’a pas non plus voulu et un troisième est décédé et j’ai pris sa place. Je suis rentré le dernier, le 10ème. Mon parti m’a permis d’être réélu et cela m’a fait très plaisir.

Je remercie et salue le Conseil administratif avec lequel j’ai eu de très bons rapports, même s’ils n’ont pas les trois les mêmes idées politiques.

010 12 CM 2009 12 15 PV Proj E.doc

Page 635

Procès-verbal de la séance du Conseil municipal du mardi

15 décembre 2009

 

Je salue spécialement la droite qui m’a toujours bien reçu et bien respecté.

Merci beaucoup M. le Président.

M. VALENTE, Président : merci à vous M. PEREZ-YANEZ 

 

L’assemblée applaudit.

 

M. VALENTE, Président : M. BESSON, vous avez la parole.

M. BESSON : merci M. le Président. Je voudrais, à notre ami, lui souhaiter tout d’abord un beau futur et une bonne santé. Dans ma mémoire, restera mes débuts dans cet hémicycle, le début de l’UDC, où nous avons eu maille à partir entre l’un et l’autre comme il se doit.

Mis à part cela, je crois que l’amitié est très forte. Comme cela a été dit, chaque parti a ses

opinions et ses idées, ce qui fait que cela a été assez dur pour nous à la première législature. Un jour, nous nous sommes rencontrés lors d’une commission et nous avons fraternisé.

Samedi dernier, fort malheureusement, tu as eu l’occasion d’entendre encore une fois

l’hymne national Suisse sortir de mon natel.

Je te souhaite beaucoup de plaisir dans le futur, surtout une bonne santé et du courage.

L’assemblée applaudit.

M. VALENTE, Président : merci. Mme GAULIN, vous avez la parole.

Mme GAULIN : merci M. le Président. Je ne vais pas répéter tout ce qui s’est dit ce soir, mais je suis vraiment très touchée et très émue parce que je considère Alberto comme un deuxième papa et il va beaucoup me manquer. Au nom du parti, on aimerait t’offrir ce petit présent.

L’assemblée applaudit.

M. VALENTE, Président : merci Mme GAULIN. Mme AHMARI TALEGHANI, vous avez la parole.

Mme AHMARI TALEGHANI : merci. Je ne suis pas très forte pour les adieux. Je voudrais juste remercier Alberto pour sa présence, sa sympathie et sa bonne humeur qu’il a toujours apportée à notre Conseil depuis que je suis au Conseil municipal. J’aimerais lui dire que 2011 est vite là et qu’il sera le bienvenu s’il revient par ici. Nous te soutiendrons. Tu es aussi le bienvenu chez les Verts !

M. VALENTE, Président : merci Mme AHMARI TALEGHANI. Quelqu’un d’autre souhaite-t-il

s’exprimer ? M. PEREZ-YANEZ, vous allez manquer à beaucoup de gens. Je vous propose de passer au point 4.

 

 

Publié dans Politique

Commenter cet article